Eloge de la fausse note

Ce titre est celui d’un ouvrage de Marc Vella, pianiste nomade et créateur de la caravane amoureuse.

J’ai toujours pensé que la perfection était une valeur morbide car elle implique une espèce de fascination envers quelque chose, ou quelqu’un, qui aurait atteint une sorte d’état figé. Jamais je n’ai rencontré d’êtres comme ça, parfaits, mais des dizaines qui se torturaient en se référant toujours à cette exigence intérieure, familiale ou sociale... Je crois que ce qui est parfait est mort - tout est "plein" à tout moment, tout change à l’instant, et la saveur de l’impermanence ouvre en soi l’espace de l’accueil du Vrai.

" L’exigence de la perfection met au pinacle des femmes et des hommes d’exception que la foule adore.
Mais pour quelques-uns encensés, combien sont ignorés, méprisés, oubliés, démolis ?
Mesurons là tout le gâchis d’humanité.
Ne cherche pas à être parfait, ne cherche pas à faire bien pour être meilleur qu’un autre.
Cherche à faire au mieux pour toi et offre humblement cela au monde. Pour ça, sois, simplement.
Etreins, avec délicatesse, ce que tu es ; et ce que tu es est magnifique.
N’en doute pas.
Tu es un être spacieux, déjà réalisé.
Retiens ceci : tu es de l’or pur.
Quand tu fais quelque chose, mets tout ton cœur, juste cela.
En vérité, l’acte réalisé avec ta pleine présence suffit.
Tu verras alors que dans l’imperfection de ton trait, de ton geste, de ton mot, de ton verbe, il y aura tout le vibrant de la vie.
Regarde dehors, une forêt, observe les branches d’un arbre : sont-elles parfaitement courbes ou droites, sont-elles parfaitement douces et lisses ? Non, elles sont tordues et rugueuses. Regarde partout dans la nature, tout est incertain et libre et c’est cela qui est bouleversant.
Et c’est parce que tu es imparfait que tu es si bouleversant. Ton imperfection est miroir de la perfection.
Alors n’aie plus honte d’être qui tu es.
Dans l’écoute de toi-même, affine-toi, jusqu’à comprendre que, dans ta faille, se trouve toute l’aventure de ta vie.
Vole !
N’aie pas peur de l’abîme car l’abîme, c’est Le grand rendez-vous.
Dans ta souveraineté enfin retrouvée, tranquillement, accorde-toi la totalité de la vie, souris, déploie avec douceur tes ailes et vole vers ton soleil.
Il se peut que tu n’y arrives pas tout de suite, mais ne t’inquiète pas ; tu as le temps, car l’infini habite ton cœur."

Marc Vella

Marc est un des 230 lexicoeurs qui ont contribué au Dico du futur ! édité par Seepia.

Peinture de Pierre Bonnard.