Une lettre sur le viol

Il m’est arrivé en sortant de l’adolescence ce qui est arrivé à des millions de femmes, et arrive encore. Tout ce flot n’est pas si évident que ça à gérer quand le collectif vient percuter quelque chose de son histoire intime à soi. Et comme la sphère de la sexualité relève de l’intime, on sait bien la honte et l’humiliation pour toutes celles (et ceux) qui traversent ce genre d’épreuve. Et la pudeur.

Maintenant, c’est au grand jour. A un point tel. L’abcès collectif en train de se vider - et ce n’est que le début.

Après, je n’ai rien dit pendant 17 ans. Ensuite, je l’ai mentionné comme ça, sans trop m’étaler parce que bon, qui ça intéresse ? Qui a vraiment de l’empathie ? Et puis de toutes façons "c’est passé, maintenant..." J’ai entendu ça, d’autres choses, ou rien.

C’est très fort et très beau ce qui se passe-là. Vous allez voir les merveilles de réconciliations qu’il y a derrière tous ces partages et hashtags.

Et hier, surprise dans ma boîte aux l’êtres. Basile Remaury, un ami de longue date, d’une petite vingtaine d’année je crois, m’écrit pour me parler... de ça.

On s’est connu à Paris. Maintenant il vit à Nantes, moi en Finlande. De temps en temps, on travaille ensemble. Il fait des films. On est tous deux parents de petites filles. Voici ces mots - de puissantes graines de paix.

"Bonjour Eva,
je repense à ce que tu m’as confié à Tampere en 2014,
nous parlions d’écriture et tu as évoqué ce viol,
et il n’y a pas eu de suite.

Jusqu’à aujourd’hui.

Cette violence qui irrigue un monde qui n’était pas le nôtre,
cette violence sur laquelle d’autres que nous ont construit un monde, immonde,
qui m’a transmis cette vision absolument fausse de l’égalité et de la justice qui aujourd’hui, fort heureusement,
agonise,
je suis ravi, soulagé, de savoir qu’aujourd’hui, ce monde-là s’écroule, et pour longtemps, et à jamais,
ravi de vivre depuis aujourd’hui dans un monde qui vient, que nous partageons,
et meurtri de savoir que ça ne pourra jamais réparer la violence que tu as subie, que rien ne le pourra,
violence physique doublée de la violence sociale de l’impératif de taire,
violence du silence, triplée par la violence d’hommes dominant qui affirment que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, et qu’il convient de continuer nos affaires, au moment même où la condition féminine est manifestement une condition inégalitaire et de souffrance, sache que donc le message que tu m’as adressé est arrivé, c’est la bonne nouvelle des années à venir, et que je m’emploie comme je peux à construire cette formidable promesse, à mon niveau, pour vous, pour nous.

Tous ces silences font une montagne et tout en haut, quelques cris pourtant si nombreux, ne dessinent seulement qu’une petite partie, un sommet enneigé. Vraiment là, votre douleur nous est palpable comme rarement, comme jamais, c’est le huitième continent.

Bonne journée."