Même pas la place pour un chemin...

De Nos invités, 23. mai 2018

 



L’éveil n’existe pas.

C’est une excuse. Tu crois que tu vas pouvoir changer ta situation grâce à l’éveil.
Mais c’est une fuite.

Parce que c’est la merde et j’ai envie de me casser de ce monde pourri. J’en ai marre de voir les gens se taper dessus. Y a des guerres partout, y a des Bataclans qui sautent, des Nice qui saignent. Des immigrés qui se noient. Tu vois pas que c’est la merde et qu’on s’en sortira pas ? On a bien essayé, des mecs sont venus pour nous dire de nous aimer, mais on y arrive pas. On sait pas comment faire. Regardez-moi ces hypocrites de banquiers, d’assureurs, putain, ils me dégoûtent, ils sont abjects. C’est la fange du monde. Et tout ça pour quoi ? Pour s’en foutre pleins les poches et profiter des autres, les écraser pour être le plus haut, le plus fort. Mais tu vas mourir seul, connard ! Tu le vois pas ? Je hais le monde. Je veux en sortir. Je veux en finir. Donnez-moi une recette miracle, je vous en supplie mon Dieu, je vous en supplie, sauvez-moi.

Ne crains rien.
Je suis là.
Je vais m’occuper de toi.
Je suis ton Dieu et je suis tout puissant.

Mais regarde d’abord.
Tu dois regarder.
Regarde ta souffrance. Ta peine.
Tourne les yeux vers toi.

Ne vois-tu pas que c’est un cri d’amour ce que tu ressens ? Ce n’est que de l’amour ! Dis-le ! Crie-le bordel ! Que ça te sorte par les tripes, et si dans le processus ça te tue, ce n’est pas toi qui mourras.

Vis-le ! Vis l’amour ! Va le crier dehors. Va le dire au monde. Mais n’essaie pas de changer le monde. Tu ne pourras que changer ton regard. Alors fais-le gratuitement. Fais-le dans l’instant. Fais-le pour montrer au monde qui tu es réellement, et tu es l’amour. Pas pour atteindre un objectif. Le monde je m’en occupe. Occupe-toi de toi-même. OK ?

La situation est ce qu’elle est. Elle est déjà là. C’est déjà du passé. Comment pourrais-tu changer le passé ? Accepte-la. Tu ne peux rien y faire. Le monde n’est qu’un effet, alors pourquoi veux-tu le changer ? Ne te bats pas contre lui. Tu te battrais contre toi-même. Ne change pas le monde, mais connais-toi toi-même. Retourne ton regard vers toi-même. Alors oui, tu vas passer par des moments de solitude, de peur, de pleurs, mais dans ces moments là, plante des graines de confiance. Tu le fais pour toi, pas pour le monde. Il n’y a que toi qui compte. Prend-toi par la main. Le reste suivra, tes amis sont en sécurité eux-aussi.

Tu dois regarder.
Tu dois voir que tout ce que tu vis, que tout ce que tu vois au dehors, n’est que de l’amour filtré.
Tu crois en moi, n’est-ce pas ? C’est pour ça que tu m’as appelé.
Alors qui suis-je ?
Tu le sais.
Je ne suis que Amour.
Et crois-tu que je ne pourrais t’envoyer autre chose que de l’amour ? Vraiment ?
VOIS les filtres que tu places devant tes yeux.

Ce que tu appelles de la haine est une force.
Sens-la. Goûte-la. Ne la refuse pas. Connais-la.
Laisse-la te prendre. Tu la reconnaîtras.

Car la seule force qui existe dans le monde, c’est l’amour. Et si tu sens une force, alors c’est de l’amour. Tu pleures, tu cries, mais derrière tes pleurs c’est de l’amour que tu ressens. Tu es juste perdu. Tu confonds tout. Tu mets des mots là où il ne faudrait pas en mettre, là où faudrait juste sentir. Les mots salissent ton esprit.

Tu sens ce désir pour cette femme ? C’est de l’amour. Tu sens ce désir pour cette pomme ? C’est de l’amour.

Heu, ouais... j’ai un peu plus de mal avec la pomme là...

Et pourtant c’est pareil. J’utilise le mot force parce que ça te parle. C’est la force qui attire, qui rassemble, qui fait bouger, car la vie est mouvement. Tu es attiré par une femme, ou par la faim d’une pomme mais c’est juste le désir d’unité que tu ressens. Quand tu fais l’expérience d’être vide, tu ressens le besoin de te remplir. Alors quand elle n’est pas là, tu vas manger. Parce que ton regard est tourné vers l’extérieur. Retourne-le et tu n’auras plus jamais faim.

Tu aimes, n’est-ce pas ? Tu aimes tes enfants, ta femme, tes amis. Tu ne veux que les protéger. Ce n’est pas de la haine ça ! C’est de l’amour !

La raison pour laquelle tu transformes (tu vois) l’amour en haine, c’est la peur. La peur d’être seul. D’être séparé des gens que tu aimes. Mais je te le dis, en vérité, tu n’es pas séparé. Tu ne m’as jamais quitté. Tu ne les as jamais quittés. Alors fais-moi confiance.

L’éveil n’existe pas.
Parce que tu es ce que tu es, et rien ne pourra changer ça.
Aucune baguette magique ne te transformera.
Il n’y a rien à transformer. Tu es déjà parfait.

Maintenant reprends la puissance que je t’ai donnée.
Et vois que tu n’as qu’à changer ton regard.
Tu es un créateur. Et tu es digne de moi.
Car tu es moi.

« Soyez ouvert et tranquille, c’est tout. Ce que vous cherchez est si proche de vous qu’il n’y a même pas la place pour un chemin. »
Nisargadatta Maharaj

Avec Terre d’Écoute, Mickaël Faivre-Macon propose des rencontres sur Caen et la région : plus d’informations sur le site de Terre d’Écoute.